Historique des alentours de la propriété.

La GROSSE PIERRE « en bordure de route de l’exploition »

La Grosse-Pierre « un Mégalithe » fait sa première apparition le 6 mars 1880. Du matériel « Lithiques » fut découvert dans le même secteur. Suite à ces découvertes suivirent de multiples fouilles. Le Menhir de la GROSSE PIERRE était encore intacte dans la 1ère moitié du XIXe siècle. Le Mégalithe, placé au milieu d’une parcelle, gênait les travaux agricoles. Vers 1850, Mr PAGE alors propriétaire du terrain, tenta de la déplacer. Mais en tentant de déplacer celui-ci à l’aide de Boeuf et de cordes le sommet du MENHIR cassa. Mr DALEAU attiré par le toponyme se renda au FASSIER et y rencontra un vieillard qui lui rapporta que vers 1865 le groupe de la Grosse Pierre était composé de Trois blocs, le plus grand étant couché, fut recouvert de terre. Par la suite, le Menhir est mentionné un peu n’importe où. Sa localisation semble poser de nombreux problèmes « DISPARU ? »… Une pierre dégagée récemment « 1970 » fut placé en bordure de route puis elle fut considéré comme l’un des morceaux du monument. Mais Mr. DEVIGNES émet de sérieux doutes sur l’authenticité de cette pierre. Du mobilier « lithique » fut découvert et mis à jour à la Grosse Pierre, dont une part dans la parcelle voisine du Menhir. L’inventaire fait état d’un matériel NEOLITHIQUE, dont une hache polie entièrement en silex.

Le BOURG DE LAFOSSE « à 750 Mètres de L’exploitation »

Au moyen Age Classique « Le bourg de La fosse » était doté d’un édifice. Le prieuré de augustin de l’abbaye Saint-Vincent de Bourg. Edifice de base romane conservé dans ces grandes lignes. L’appareillage de la nef permettra d’envisager un 1er édifice au 11ème siècle. Les murs, trop haut, vont nécessiter l’ajout de contreforts plats. Au 12ème siècle, la partie orientale de l’église va être rebâtie et au chœur de l’édifice va être construit un clocher carré à un étage fortement influencé par l’architecture saintongeaise. Cette édifice à une troublante ressemblance avec celui de Saint Girons de Bourg qui nous laisse à croire qu’ils ont pu appartenir à une même campagne de travaux lancée par de l’abbaye Saint-Vincent. De nombreux sarcophages monolithes apparaissent autour de l'église.